Ce n’est qu’un au revoir… (mis à jour avec témoignages)

Chers Amis,

Nous sommes désolés de partir comme des voleurs ce mercredi 27 mai, mais les circonstances étant ce qu’elles sont…

Nos espérons pouvoir célébrer notre départ avec tous nos amis paroissiens, communautaires et autres, d’ici la fin de l’année dans notre chère paroisse de Saint Giniez où nous avons tant de souvenirs.

On vous tient au courant.

A bientôt!

Amitiés,

Marie-Josèphe et Bruno DULAUROY

DEPART DE BRUNO ET MARI JO DULAUROY

Chère Marie-Jo, Cher Bruno et Chère Cécile

De mémoire de paroissiens (et il y en a des anciens !), on a toujours vu Marie Jo, Bruno  et leur fille Cécile, à Saint Giniez.  

La paroisse, depuis des décennies, était leur maison pleine d’amitié partagée à l’occasion de multiples activités auxquelles ils apportaient tous les deux leur savoir-faire et surtout enthousiasme et  générosité.

Pour Bruno : organisation liturgique, chorale, animation des chants, réalisation de toutes nos publications, notamment la feuille paroissiale,  conseil pastoral, conseil économique, etc, etc…

Pour Marie Jo : membre très active des Ateliers (spécialiste de la machine à coudre) et toujours soucieuse de la bonne tenue des lieux et de leurs besoins.

Bref, nous regrettons de ne pouvoir, avant leur départ, leur témoigner notre affection et les remercier vivement pour tout ce qu’ils nous ont apporté.

Mais ils nous ont promis de revenir d’ici la fin de l’année pour célébrer leur départ avec tous leurs amis marseillais. Alors nous nous tenons prêts et les attendons.

Chère Marie Jo, Cher Bruno et Chère Cécile, nous vous souhaitons une très heureuse installation à Paray le Monial et vous disons à bientôt.

Les paroissiens de Saint Giniez

Ou est Bruno? Ou est Marie Jo ?

Les tourtereaux de St Giniez vont quitter leur nid pour Paray.

Les volets  seront baissés, les fenêtres peut être ouvertes mais la Place Lumière aura perdu de son éclat car ils ne seront plus là, c’est avec  le coeur gros que nous tournerons une page de plus de 20 ans. Qui nous ouvrira la porte de cet appartement avec autant de gentillesse et de chaleur?

Combien de souvenirs nous avons partagé ensemble avec eux, des voyages, des repas, des rencontres, des vieux amis, de belles messes animées par ta belle voix de ténor Bruno.

Est ce qu’il y a beaucoup de paroissiens qui peuvent imaginer le temps que tu as passé  à faire des carnets de chants, le bulletin paroissial dans le sous-marin(pièce dans la cave) , les photocopies, les commandes, la comptabilité, l’accueil ,le conseil pastoral, tu nous a fais le cadeau de toute une partie de ton temps de libre, discrètement , efficacement depuis des années. Nous avions un souci nous savions que nous pouvions t’en parler.   Bruno tu peux me faire des tracts? Oh…. j’ai pas le temps, je suis débordé, je ne sais plus comment faire et je dois aller chercher Cécile!! mais je savais que je pouvais compter sur toi

Ta Cécile, notre Cécile que nous avons connu toute petite, toute ta grande famille , toute votre grande famille si unie, si vivante, Cécile a eu 20 ans, ils se sont mariés , ils sont partis mais l’Emmanuel est arrivée avec son cortège de maisonnées, de rencontres qui ont jalonnées ces dernières années.  Comme les enfants la communauté a quitté St Giniez mais combien nous étions heureux de vous garder pour nous.

Je gardais « ma grande copine » une de mes premières rencontres à St Giniez, une femme exceptionnelle, une femme au coeur d’or, une montagne de gentillesse, toujours attentionnée,  à l’écoute des uns et des autres,  une qualité de Marie Jo « ELLE NE DIT JAMAIS DE MAL  » Comme j’ai apprécié sa douceur. Pionnière des Ateliers, formidable couturière, dotée d’une mémoire incroyable,  j’ai partagé avec elle  plein de bons moments, je peux dire qu’elle m’a été tout au long de ces années une aide très précieuse , Marie Jo  tu manqueras aux ateliers, nous n’aurons plus de petits chocolats, plus de gâteaux aux yaourts, plus de petits cafés, plus de petites attentions pour marquer les évènements  nous n’entendrons plus tes fous rires ……………

Marie Jo , c’est  au nom de toutes tes amies des Ateliers que je te remercie pour tout ce que tu nous a apporté, nous penserons souvent à toi, je suis sure que tu penseras  souvent  à nous, tu es notre AMIE à tous et ce n’est pas quelques kilomètres qui vont nous éloigner. Je suis sure que nous nous reverrons

Tous les deux vous nous manquerez, lorsque toutes les activités reprendront normalement  ce sera  un GRAND VIDE .

MERCI, MERCI, MERCI  A TOUS LES DEUX POUR TOUT . Bonjour à tous ceux de la Communauté de l’Emmanuel qui sont passés à St Giniez. Bon vent! bonne installation que le St Esprit continue de vous garder, donnez nous souvent de vos nouvelles.

Et si on organisait une sortie paroissiale à Paray le Monial!!!! Oh la fête……les retrouvailles autour du Cerdon!!

Pour toute l’équipe des Ateliers de Saint Giniez

Armelle CORBEL

Protocole de sécurité sanitaire applicable dans le diocèse de Marseille 23/05/2020

Nous vous confions les recommandations à suivre pour la reprise des cérémonies liturgiques dans nos églises. Etant donné la diversité des lieux vous devrez les adapter à la configuration des différentes églises comme aux particularités de vos communautés paroissiales.

La plupart de ces principes relèvent du bon sens et c’est dans cet esprit qu’il convient de les suivre et de les vivre en évitant de les négliger et en évitant aussi de les exagérer.

Ces mesures sont des contraintes communes à tous les cultes mais aussi pour nos concitoyens en ces temps incertains. Il ne faut pas oublier qu’elles n’ont de sens que pour protéger contre la maladie les fidèles et particulièrement les plus fragiles ou inquiets et d’instaurer un climat de confiance plutôt qu’une atmosphère anxiogène.

Nous sommes donc appelés à les suivre avec sérieux et application pour le bien de tous, la prudence est une vertu cardinale qui n’empêche nullement que les mystères du Salut soient célébrés avec dignité et avec fruits.

Dispositions générales :
Le port du masque recouvrant le nez et la bouche est obligatoire dans l’église.
Chacun doit respecter une distance de sécurité de 1.5 m entre chaque personne tant dans les déplacements que dans le placement sur les bancs de l’église. Les familles, ou les couples pourront se mettre côte-à-côte dès lors que les distances de sécurité avec les autres seront respectées.
Tout document, carnet, ou feuille paroissiale, sera retiré de l’église
Seules les places indiquées pourront être occupées dans le respect de la distanciation physique
En pratique une place sur deux et/ou une rangée de banc sur deux selon la configuration de l’église.
Il est souhaitable, si cela est possible, de déterminer le nombre maximal de personnes admises en même temps dans l’église. Il sera affiché à l’extérieur du bâtiment.
On évitera tout rassemblement de personnes à l’entrée ou à la sortie de l’église, l’interdiction de rassemblement de plus de 10 personnes sur la voie publique demeurant en application.
Les églises seront nettoyées avant les célébrations notamment les parties susceptibles d’être touchées par les personnes.
Se laver les mains en entrant et en sortant de l’église avec une lingette ou du gel hydro-alcoolique.
Eviter de venir à l’église si vous êtes souffrant ou si vous vivez avec une personne susceptible d’avoir contracté le virus.
On évitera de toucher les portes (elles doivent rester ouvertes) et plus généralement tout autre endroit dans l’église.
On établira de façon visible, selon la configuration des lieux, des sens de circulation afin d’éviter de se croiser en entrant ou en sortant de l’église.
Dans la mesure du possible, une ou plusieurs personnes seront déléguées par le curé à l’entrée de l’église afin d’indiquer à chacun les sens de circulation et le respect des gestes barrières.
On limitera l’accès à la sacristie et la manipulation des vases sacrés et autre objets cultuels, soit au seul célébrant, soit à une personne déléguée à cet effet en veillant au respect des mesures sanitaires, notamment la désinfection de ses mains.
Dispositions particulières pour les cérémonies liturgiques
* Le port du masque couvrant la bouche et le nez est obligatoire.
* Les portes seront ouvertes afin de ne pas être touchées.
* Les bénitiers resteront vides.
* On ne distribuera ni livret de chant ni prospectus ou feuille volante. (Il est possible de les envoyer par messagerie à charge pour chacun de les imprimer)
* On évitera la présence du chœur paroissial, si un animateur est présent il pourra chanter sans quitter son masque et toujours au même micro qu’il ne partagera avec personne.
* Les lectures seront faites soit par le célébrant lui-même, soit par une seule personne utilisant le même micro. L’Evangile pourra être proclamé depuis le pupitre de la présidence d’où pourra être faite l’homélie aussi afin d’éviter l’usage du même micro par plusieurs personnes.

Le rite de paix se fait sans contact physique.
Quête :
* S’il y a quête à l’offertoire, pas de transmission du panier entre les fidèles.
* Possibilité de panier de quête à la sortie à la disposition des fidèles
Pour la communion :

Les fidèles recevront la communion sur la main.
On établira un sens de communion de telle sorte que personne ne se croise en suivant un ordre conforme à la configuration de l’église (par exemple du premier banc au dernier, par l’allée centrale et remontée par les allées latérales).
Les fidèles conserveront le masque durant la procession et ne le soulèveront qu’après avoir reçu l’hostie afin de communier.
On conservera le dialogue liturgique « le Corps du Christ » « Amen » pourvu que les deux soient masqués.
Les enfants ou les adultes qui viennent recevoir la bénédiction la recevront sans aucun contact physique.
Pour les célébrants

Là où le bien des fidèles le justifie, les prêtres pourront célébrer plus de deux messes par dimanche ou jour de fête de précepte.
Le célébrant pourra retirer son masque pendant la célébration, après la procession d’entrée, sous réserve de respecter la distanciation physique de 1.5 m.
On évitera la présence de servants de messes et plus généralement la manipulation de vases sacrés ou autres objets du culte par plusieurs personnes.
Pour la communion :

Les hosties destinées à la communion des fidèles seront couvertes durant toute la prière eucharistique, soit dans un ciboire fermé, avec l’utilisation d’une pale, soit par tout autre moyen équivalent et digne.
Le célébrant principal consommera seul l’hostie principale.
S’il y a des concélébrants ils communieront sous les deux espèces par intinction uniquement.
Les ministres de la communion devront :
* Se désinfecter les mains avant de mettre un masque et de prendre les ciboires destinés à la communion
* Distribuer la communion dans la main des fidèles en veillant à ne pas toucher celle-ci dans le respect de la dignité du sacrement
* Se désinfecter les mains en cas de contact et après la distribution de la communion.
* Placer les hosties restantes dans le ciboire du Tabernacle par le célébrant principal qui aura préalablement désinfecté ses mains.
Les vases sacrés seront nettoyés sous la responsabilité du célébrant à la fin de la messe dans la sacristie.

Fait à Marseille, le 23 mai 2020

P. Pierre Brunet
Vicaire Général du diocèse de Marseille

P. Stéphan Sciortino-Bayart
Pro-Chancelier Archiépiscopal

Une bonne nouvelle

Chers amis paroissiens,

Nous attendions cette bonne nouvelle et elle nous est venue plus tôt que nous l’attendions; c’est donc dans  la joie que nous l’accueillons.

La messe est de nouveau autorisée, et dès ce soir à 18h30 elle aura lieu dans notre paroisse. Nous devrons cependant respecter des mesures de sécurité sanitaire, notamment les gestes barrières qui consistent à porter un masque protecteur et à se laver les mains avec un gel désinfectant. Il faudra aussi respecter la distanciation sociale ce qui va limiter le nombre de places disponibles dans notre église.

Nous vous tiendrons au courant dès que possible sur les directives qui émaneront de notre diocèse et de notre curé, le père Julien.

A très bientôt chers amis!

cropped-p1050751-e1417362073842.jpg

Appel urgent à participer financièrement à la vie de l’Église de Marseille – Message de Monseigneur Aveline

Chers Amis,

Vous le savez, le confinement a des incidences dramatiques pour l’économie du monde et de notre pays. De plus en plus de personnes et de familles plongent dans la précarité ! Certaines n’ont plus le nécessaire pour vivre. Les autorités de notre pays et de nos communes ont mis en œuvre des moyens très importants pour répondre à ces besoins vitaux. Des actions de solidarité ont été menées par nombre d’associations laïques ou ecclésiales. De nombreux catholiques ont apporté leur contribution à cet élan, en intensifiant les tournées de nuit dans les rues, en cuisinant et en servant des repas, en confectionnant des masques, en participant à des écoutes téléphoniques. Je les remercie profondément et les encourage à continuer ces actions.

Aujourd’hui, je voudrais attirer votre attention sur les besoins financiers de notre diocèse car, vous l’imaginez bien, la vie de nos communautés chrétiennes est aussi durement touchée par cette crise.

Or, pour déployer sa mission, l’Église a besoin des prêtres, mais aussi des religieux, des laïcs salariés et nombre de baptisés ayant reçu une mission ecclésiale, bénévole ou rémunérée. Le denier de l’Église, collecté chaque année, est l’une des principales ressources permettant au diocèse d’assurer le traitement des prêtres et des salariés.

La vie matérielle des paroisses, quant à elle, est assurée par les quêtes faites lors des messes, les offrandes données à l’occasion des baptêmes et des mariages, la vente des cierges et des lumignons.

Ni l’État, ni le Vatican n’interviennent pour soutenir la vie quotidienne des communautés chrétiennes. Seul l’entretien des bâtiments construits avant 1905 est pris en charge par les communes ou par l’État, et nous leur en savons gré.

Depuis le début du confinement et l’arrêt des célébrations publiques, dispositif que l’Église a bien sûr scrupuleusement respecté, notre diocèse ne dispose plus de ces ressources habituelles.

Quelques chiffres pour comprendre la situation :

Ø     En période normale, les prêtres et les salariés du diocèse sont payés par les ressources provenant principalement du denier de l’Église et de revenus complémentaires des paroisses. Cela représente une charge annuelle globale de 4,62 M€, soit un coût mensuel de 385 000 €, qui doit être impérativement financé. Depuis le 15 mars, le denier de l’Église accuse un retard de collecte de l’ordre de 120 000 €.

Ø     Les paroisses ont besoin de ressources importantes pour couvrir leurs frais de fonctionnement (chauffage, électricité, fournitures, assurances, impôts). À ce jour, les quêtes ont diminué de 250 000 € et les offrandes de casuel (baptêmes, mariages) de 170 000 €, soit une baisse totale de 420 000 €.

La perte estimée de ressources pour le diocèse tout entier était de 540 000 € au 30 avril et pourrait dépasser les 700 000 € à la fin du mois de mai.

La situation est donc très préoccupante !

Pour que l’Église accomplisse sa mission, pour que nos communautés vivent et soient nourries des sacrements, pour que la Parole de Dieu soit annoncée, pour que la vie fraternelle puisse se déployer, votre générosité est indispensable ! Je sais que beaucoup d’entre vous contribuent déjà à des œuvres de solidarité au service des plus pauvres. C’est nécessaire et je l’ai beaucoup encouragé.

Mais notre Église diocésaine et nos paroisses ne peuvent vivre sans votre participation financière. C’est aussi nécessaire et je me dois de vous y encourager.

Tous les dons comptent, même les plus petits. La participation de chacun est vitale pour tous. « Que chacun donne comme il l’a décidé dans son cœur, sans regret ni contrainte, car Dieu aime celui qui donne avec joie » (II Co 9, 7-8).

C’est urgent ! Merci par avance pour votre aide !

Soyez assurés de ma prière pour vous et tous les vôtres.

Marseille, le 12 mai 2020

         + Jean-Marc Aveline

         Archevêque de Marseille

 

Voici concrètement comment nous aider :

–          Vous pouvez donner au denier de l’Église

en ligne https://don.denier13.com/je-donne-au-denier/~mon-don?_cv=1

ou en envoyant un chèque à l’ordre de l’Association diocésaine de Marseille, 14 Place Colonel Edon, 13007 Marseille.

Vous pouvez donner en une seule fois ou chaque mois par le biais du prélèvement automatique.

–          Vous pouvez donner à votre paroisse en faisant un don occasionnel

https://donnons-marseille-catholique-fr.iraiser.eu/quete_en_ligne/~mon-don?_cv=1

ou en vous inscrivant à la quête prélevée

https://donnons-marseille-catholique-fr.iraiser.eu/quete_prelevee/~mon-don?_cv=1

–          Vous pouvez offrir une intention de messe pour une personne défunte ou une personne vivante en la confiant au prêtre de votre paroisse ou en faisant la demande en ligne à :

https://donnons-marseille-catholique-fr.iraiser.eu/messes/~mon-don?_cv=1

–          Vous pouvez également faire une donation, un legs, une assurance-vie au profit de l’Association diocésaine de Marseille, qui a la capacité de les recevoir sans droits de mutation https://marseille.catholique.fr/Dons-et-legs

Restez en contact avec votre paroisse

Chers paroissiens et amis, vous trouverez quotidiennement sur la page d’accueil les dernières vidéos de la paroisse. Pour accéder aux vidéos précédentes vous devez aller à la page « La Vidéothèque » dans ce site.

Vous avez toujours la possibilité de retrouver directement ces vidéos sur le site YOUTUBE sous la bannière de la Paroisse de Saint Giniez. Vous pouvez vous y abonner gratuitement.