Joker, analyse par le P. Julien